FàQ

Pourquoi se confectionner des masques recyclables ? 

Parce que :

  • le masque devient un objet du quotidien, qui complète les gestes-barrière
  • nous voulons savoir quelle confiance nous pouvons avoir dans notre masque
  • il faudra un nombre significatif de masques pour chacun, dans les différentes situations de notre vie de tous les jours
  • nous voulons apprendre à faire de bons masques, à bien les ajuster, à les porter correctement, à les stocker, les laver et les réemployer convenablement
  • nous ne voulons pas dépendre d’approvisionnements incertains et de qualité variable
  • des centaines de millions de masques à usage unique, ce n’est pas une solution durable
  • offrir un masque fait maison, c’est aussi un engagement solidaire

MasKaDom, c’est quoi ? 

Un objectif : 

Des préconisations précises et simples pour :

  • choisir des matières et fabriquer des masques-barrières
  • s’en servir, les laver et les réutiliser en toute sécurité

Une production : 

Des guides en libre accès pour :

  • Choisir parmi vos tissus ;
  • Fabriquer vous-même des masques barrières lavables, selon différents patrons dont ceux de l’Afnor (Spécification 76-001) ;
  • Appliquer les précautions d’hygiène pour porter, stocker, laver et sécher vos masques en toute sécurité.

Une démarche :

  • Produire et faire évoluer ces guides avec un collectif scientifique d’experts ;
  • Tester les tissus les plus courants et les performances des masques, pour répondre rigoureusement à trois questions :
  1. est-ce que je peux le porter et le supporter pendant une demi-journée ?
  2. est-ce que les gouttelettes qui transportent les microbes dont les virus sont bien retenues par mon MasKaDom ?
  3. est-ce que les microbes sont bien détruits au lavage ?

MasKaDom, c’est qui ? 

Qui participe au projet MasKaDom ? 

  • Vous ! Par votre don !
  • Votre réseau ! En faisant connaître cette initiative !
  • Des experts en maîtrise des risques et en situations sanitaires exceptionnelles, coordonnant :
  1. des experts du textile, pour la sélection des matières et des modèles parmi les plus adaptés aux masques à faire soi-même;
  2. des laboratoires de tests spécialisés en microbiologie, hygiène, entretien, filtration/respirabilité et colmatage ;
  • Des Fablabs et des collectifs de couture, pour la production des associations et des masques de test.

Qui utilise les guides MasKaDom? 

  • Vous ! En fabriquant des masques avec des tissus qui sont déjà chez vous (draps, serviettes de bain, vêtements, etc.)
  • Vous ! En stockant et en lavant vos masques chez vous, avec vos propres moyens

Où ira l’argent des dons à MasKaDom? 

L’expertise rassemblée dans MasKaDom est essentiellement bénévole. Cependant, la sélection des associations de tissu, la production des échantillons de tests et surtout les tests eux-mêmes (notamment virologiques) ainsi que la validation des guides ont un coût incompressible. La plus grande part des fonds récoltés ira donc aux laboratoires spécialisés, qui facturent les tests avec équipement et personnel de pointe à prix coûtant.

Ce qu’il faut tester :

  • La filtration : pour savoir si les masques filtrent bien les gouttelettes ;
  • La respirabilité : pour savoir si on peut respirer commodément au travers du masque ;
  • Le colmatage : pour savoir si le passage d’air entre les fibres ne va pas se boucher au fil du temps ;
  • La sûreté microbiologique : pour savoir si le lavage élimine bien les bactéries, les champignons, les virus ;
  • L’entretien et le nettoyage : pour savoir comment stocker et laver efficacement vos masques à la maison, sans qu’ils contaminent votre linge ou vos appareils.

Les fonds qui restent à collecter 

Un groupe d’experts individuels, convaincus de l’importance du rôle de masques DiY et des risques d’une protection illusoire, se sont rassemblés (virtuellement !) pour monter ce projet collaboratif. Ces personnes n’ont pas compté leur temps et y ont parfois mis de leur poche. Ils sont arrivés au bout de ce que peut faire le seul bénévolat individuel. Il est temps de passer au financement participatif.

Un premier relais a été pris :

  • par les deux associations (loi 1901) qui ont lancé l’idée : la Société Française de Médecine de Catastrophe et l’Institut pour la Maîtrise des Risques
  • par des adhérents en leur noms propre

Nous attendons de ce financement participatif qu’il décuple ces fonds de départ, pour ouvrir enfin l’accès au programme de tests que nous estimons indispensable à une démarche scientifique de grande qualité.

Combien de temps cela va prendre ? 

Les tests ont commencé sur les cinq premières associations de tissu.

Les deux premiers guides seront bientôt en ligne dans leur première version. Le guide d’entretien intégrera dans les semaines à venir les premiers résultats.

Le programme complet de tests avancera selon l’arrivée des fonds.

Une newsletter du projet sera éditée et les guides seront mis à jour en fonction des connaissances accumulées.

Pourquoi un financement participatif ? 

Parce que c’est chacun et chacune qui sera fabricant et utilisateur des masques MasKaDom.

Parce que MasKaDom, à travers le financement participatif, donne aussi à chacun l’occasion d’accéder à une démarche scientifique en train de se faire et à la science ouverte.

Pour un accès libre aux guides.

Dans le monde d’après, dans l’urgence du moment, investissons le cadre de la démocratie sanitaire, en intégrant le grand public et les associations dans les décisions de politique publique !