Contexte

La disponibilité de masques à usage non sanitaire doit s’accroître rapidement, particulièrement pour le grand public en vue du déconfinement. Il y aurait notamment 17 millions de personnes à risque en besoin de masques, pour eux et leurs interlocuteurs. 27 millions de personnes représentant la population active.

Problèmes :

  • Dès à présent, des « apprentis sorciers », des bonnes volontés, des blogueurs… développent et proposent leurs propres solutions, notamment concernant la réalisation de masques Do_It_Yourself (DIY), sans cohérence ni caractérisation ni test d’aucune sorte.
  • Pas d’accès pour le grand public au référentiel cohérent et validé pour la caractérisation.
  • Pas de « transcription pédagogique » pour la production de masques barrières DIY (Usage Non Sanitaire,
    UNS).

Saisi par la Société Française de Médecine de Catastrophe, l’Institut pour la Maîtrise des Risques (IMdR) propose un projet complémentaire aux recommandations actuelles consistant à évaluer des masques en tissu lavables pouvant être confectionnés à domicile dans le but d’être utilisés directement par la population. L’objectif sera de produire un référentiel de prototypes de masques ainsi que de tissus au travers d’indicateurs de performances (filtration, colmatage, microbiologie etc.) à même de permettre de connaître la fiabilité et les conditions d’utilisation et de recyclage des masques choisis sur le web.

Enjeux :
Implication de la population générale dans son autoprotection, avec un Référentiel très accessible, présentant une
fluidité ergonomique, pour la création de masques- en complément des mesures de protection barrières.